DE MARÉES EN OUBLI

by GIVOLDI FOSSA

supported by
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €4 EUR  or more

     

1.
2.
3.
4.

about

GIVOLDI FOSSA matérialise l'envie de décrire l'atmosphère du Nord Cotentin, son brouillard et sa mer dévoreuse d'hommes.

Mangeur de Terre / Mangeur d'Homme / Mangeur de Soleil

Premier Ep de 4 Morceaux," De marées en Oubli" a été réalisé entre 2016 et 2018.

Field recording enregistré sur les plages de la Hague et du Val de Saire.

Nous recherchons toujours un label pour une sortie physique.

Cold Dark Matter Records s'occupera de la distribution digitale de l'Ep.

colddarkmatterrecords.com
colddarkmatterrecords.bandcamp.com

Chronique CHILDERIC THOR sur la Horde Noire :

"Petit agrégat digital de quatre pistes peut-être, De marées en oubli mérite pourtant qu’on s’arrête sur sa bonne vingtaine de minutes de sonorités tristes et glaciales comme une plage en hiver et ce, pour plusieurs raisons. Parce qu’il est le fruit de la copulation fiévreuse de deux âmes qui ont la noirceur corrosive chevillée au corps. I Lucifera (chant) et Damien Luce (le reste) se partagent ainsi la conception de ce galop d’essai que le label du second, Cold Dark Matter, diffuse et que Loic F. (Autokrator) a mixé et masterisé, ne se privant pas d’y introduire quelques lignes de guitare de son cru.

Parce que Givoldi Fossa n’a pas besoin de plus pour esquisser déjà un univers aussi bien sonore que textuel prometteur, lequel sillonne les eaux acides et gothiques de la darkwave et du post-punk, si tant est que ces étiquettes collent véritablement à la proue de ce navire qui fend le mur froid d’une mer chargée d’écume mortifère. De loin, cette hydre à deux têtes semble errer à des années-lumière de son terrain de chasse habituel, I Lucifera surtout, dont l’art noir qu’il sculpte avec Ende, ne noue à priori aucun lien avec ce nouveau projet. De près pourtant, la réalité se révèle plus nuancée car De marées en oubli porte, telles des stigmates de plaies rouillées, l’incontestable marque de ses géniteurs.

La décrépitude d’ambiances déliquescentes et robotiques, la froideur autoritaire d’une trame sourdement hypnotique (Charnier d’océan) et le poison funèbre d’une voix trempée dans l’encre noire du désespoir (Jamais revenir, jamais devenir) hachurent un opus qui a finalement toute sa place dans l’œuvre des deux protagonistes que cimente une vision du monde différente et néanmoins complémentaire dans sa douleur désenchantée. L’offrande s’enracine dans le Nord Cotentin dont le duo a cherché à capturer l’identité et l’atmosphère blafardes. De cet estran brumeux aux allures de cicatrices où les hommes et la mer se fondent, suinte une partition obsédante à laquelle participent ces bruits de ressac captés sur des plages désolées entre la Hague et le Val de Saire. Aux confins d’un dark ambient percussif et immersif, l’instrumental Le Havre de la fosse répand toute la souffrance et la noblesse de ces marins qui affrontent les eaux déchaînées et dévorantes en un combat séculaire. Et quand la mer se retire, c’est une fosse peuplée d’âmes meurtries qui surgit, avalant toute trace de vie et d’espoir.

Fort d’un potentiel qu’on devine à peine défloré, Givoldi Fossa accouche avec De marées en oubli d’un premier signe de mort qui mérite de ne pas rester sans lendemain, faisant de lui bien plus qu’un projet parallèle entre les mains de musiciens désireux d’explorer d’autres voies mais une véritable entité à part entière, riche d’une personnalité qui ne demande qu’à être affinée.

Childeric Thor - 8/10"


Chronique de GULO GULO sur Satan Owes Us Money :

"Lorsque des gadjo en paraboots se mettent à l'ouvrage sur un disque de new-wave, cela peut donner Doktryn si ce sont des beumeux parisiens, avec la fascination-répulsion assortie pour la discothèque. Ou bien, si ce sont deux rêveurs rugueux, amoureux de leur terroir et des rivages de l'océan, Givoldi Fossa.
Dès l'intitulé, on est dans le mystère, la rêverie, l'inconnu. D'entrée, ensuite, on est frappé ; de comment la stratification, compacte et brumeuse à la fois, de tout ce qui constitue cette musique iodée, des scansions aux beats en passant par les spectres synthétiques, est à tel point dans l'ordre du vrai et du juste, que c'en est douloureux ; nous ne citerons pas toutes les références qui viennent immédiatement en tête, on irait croire que je les flatte, mais comment ne pas accueillir avec la plus fondamentale des logiques ces bruits du littoral farouche, ressac et pas dans les galets mouillés, lorsqu'on a comme toute personne douée d'émotions été, en esprit, arpenter hagard une plage avant l'orage d'hiver, en écoutant Pornography ?
Les deux carnes amères de Givoldi Fossa viennent à point nommé nous rappeler que la différence entre cold-wave et EBM n'en a jamais été une, depuis les vieux Absolute Body Control, The Klinik et Insekt jusqu'aux parties de Lol sur, précisément, Pornography (qui d'ailleurs n'a jamais trouvé que le ladre y battait comme la plus féroce des boîtes à rythmes (celle de Godflesh ?) ?) en passant par la présence de Systema sur In the Butchers Backyard, ou encore par Self Non Self (ouais, d'accord : voilà des références ; et vous avez remarqué quoi ? Elles sont toutes vieilles. Parce que De Marées en Oubli, à sa propre façon et sans repomper personne dans des gimmicks, sonne avec la même simplicité, rusticité, que tous ces trucs produits bien cru avec deux bouts de ficelle, et que cela n'a pas empêché, bien au contraire, de passer dans la catégorie des intemporels et des classiques ; me chauffez pas ou j'ajoute Daemonolatreia et Killing Joke, pour vous faire les pieds). Jamais été une différence, ni une cloison, jamais été autre chose qu'une membrane poreuse, vivante et iodée.
Tout juste comme d'entrée dans le disque n'existe aucune cloison, aucune barrière de sécurité pour protéger l'un de l'autre et qui que ce soit d'aucun des deux, ni lui laisser de passage à gué, entre la vulnérabilité des sentiments et la dureté martiale de l'action : cela commence aussi bien dans la cohabitation de ce beat-ci avec ces nappes-là, que dans la scansion même d' I Luciferia, ambigüe, équivoque, versatile comme elle est (sans même parler de son timbre, dérivant à plaisir entre dandysme sévère, morgue à la Casio Judiciaire et feulements lycanthropes : ces rugissements sur"Charnier d'océan"...) : tout fait partie de la même unique intention, indicible autrement que par cette musique (qui, déjà, disait "Universe is a sensation" ?) ; comme qui dirait que ces deux gars-là ont tout compris à beaucoup de choses (ira-t-on jusqu'à risquer que Givoldi Fossa éclaire jusqu'à la rendre purement logique, la cohérence qu'il y avait pour Blut aus Nord à dériver comme ils l'ont fait vers la wave sur Cosmosophy ? on ira, oui) ; ou encore : la new-wave comme illustration de l'indivision obligée d'une perception du monde, d'un rapport direct aux éléments : je ne vous le fais pas dire, c'est inattendu, a fortiori dans une variante aussi austère de celle-ci.
Et pourtant - parole ! même la construction, la dynamique du disque semble creuser cette idée, cette sensation, avec sa façon de paraître utiliser le même beat et les mêmes thèmes pendant ses quatre morceaux - à l'exception notable, toutefois, de "Le havre de la fosse", prévu initialement pour accueillir l'intervention d'un autre chanteur, qui ne put finalement se libérer, mais c'est aussi bien, se dira-t-on, le morceau aurait peut-être été trop différent, vu comme il l'est déjà (juste) assez ; quand bien même on voit comme elle se tient prête à voir se lover dedans une voix, telle quelle elle ouvre à merveille le bouquet aux saveurs pornographyques de De Marées en Oubli, en même temps que le ciel à l'imaginaire, et qu'elle prépare l'esprit, le lavant au vent de la tragédie qui vient, avant la sanction qui suit, la conclusion dans la cathédrale à ciel ouvert. Et ce sans pourtant le moindre sentiment de redite ni d'émoussement - puisque c'est tout le contraire qui se produit, avec en apothéose la presque insoutenable incisivité de "Jamais revenir, jamais devenir", avec son air à la fois de s'élever invinciblement, irrésistiblement, et pourtant d'aller encore plus à l'os, concentré droit au but tel un rayon, du synthé jusqu'à la voix qui (encore une fois) à l'unisson semblent, dans un premier temps, viser vers le bas pour ratiboiser tout ce qui traîne, vaporiser pour mieux ensuite élever... en veux-tu des équivalence termes-à-termes, en v'là : dépouillement et dépeçage ; imaginez donc ce morceau, et l'effet de dévastation sans merci, sur un dancefloor goth, en n'importe quelle année entre 1979 et 2029. Et puisqu'on parlait plus haut de Cosmosophy, le petit gars de Reverence se montre, sur le morceau en question, largement, facilement à ce niveau-là au moins de sublime, sur le registre des entrelacs vocaux dont on ne sait jamais s'ils montent ou s'ils descendent...
... On ressort, en toute impitoyable logique, avec une sensation de profond assouvissement et de violente frustration étroitement mêlées, de ces courtes et cuisantes minutes que du coup vous allez vous repasser, encore, et encore (vous l'avez ?) - ah, çà ! mes drôles, vous avez bien fait de laisser la parole au bruit des galets en conclusion, quelle dérouillée : recraché par la vague, après un bon essorage dans les rouleaux, voilà ce qu'on est après De Marées en Oubli. Rarement la beauté terrible de la mer en hiver aura-t-elle été si bien enluminée, Messieurs, elle vous en remercie.

P.S : J'ajouterai à titre personnel que cet E.P de Givoldi Fossa me rappelle, ce que je fais toujours avec délices, comment la cassette où je commençai d'incuber le virus dont il est question mêlait sans rupture de ton extraits de Some Girls Wander by Mistake et Up Evil, et rien que pour ça, merci Messieurs.

credits

released September 14, 2018

Damien Luce : claviers, samples, field recording, BAR

I Luciferia : Textes et voix

Mixé et masterisé par Loic F.

L'artwork a été réalisé par Stéphane Guigueno.

Participation sur l'Ep de Cyrille Gachet (trombones) et Loic F. (guitares).

license

all rights reserved

tags

about

GIVOLDI FOSSA Cherbourg, France

contact / help

Contact GIVOLDI FOSSA

Streaming and
Download help

Report this album or account

Track Name: 01 Charnier d'océan
01 Charnier d’océan

L’eau, chargée d’histoires
Porteuse du dernier voyage, choir…
Celle qui a figé mon âge
Porté avec rage pour me gracier au large

Les vagues ont condamné mes yeux et m’ont uni aux cieux
De leurs caresses d’éternité, elles m’ont ardemment vénéré

L’écume aux lèvres, l’écume de mes chairs, fédérées à la mer
Le corps sillonnant les mondes, repère des flots qui ne rêvera plus jamais sa mère

La peau blanchit au sel, les lames de la Terre, les larmes de mes restes
Les poumons hébergements les fèces du monde, j’ai aperçu le Céleste

Brisant les os, les remplissant d’eau, devenu pour les anges des côtes un radeau
Face contre mer, mon corps, je ne suis plus vrai

Destituant le cœur à travers le fond, Je suis la détresse du moribond
Si seulement ce cœur n’avait pas été souillé, j’aurai encore les miens à rêver

La vie coule au large, le corps coule au fond, lorsque la gorge se remplit de sable
Aujourd’hui fini, ce que je fus ne sera que fable

Je vous maudis sur cette Terre, héritiers du néant, comme moi de nourrir l’océan
Les cheveux dansant au rythme des flots et du vent
Track Name: 02 De marées en oubli
02 De marée en oubli

Survoler les carcasses
Brisées d’une défaite par la rouille et la crasse
Caressées par les vagues, le souffle et l’orage

Quand l’acier devient marbre, arrimé aux crevasses
Avoir brisé l’ancre et vivre de dérive
Pour crever ici, arrimé à la rive
Quand l’horizon n’enfante que la sainte érosion

De ciel en nuage, de soleil et salage
La coque ouverte, gorgée de noyés
Broyés et brisés, perdus sans raison

Oxydée par la vie, des conquêtes oubliées
Des cadavres en dérive de navires trépassés
Bercés d’un cimetière sans fleur et sans terres
Sans cercueil, sans recueil, personne pour faire le deuil

De ferrailles et d’entrailles, avalé par la mer
Tombeaux d’acier, sépultures amères
Où les cadavres accueillent la survie par dépit

Macérés par les lames, assaillis par les vagues
Naviguant sur les fonds ou crevant sur les rivages
Un acquis de plomb, d’écumes et de plages

Les blessures sont de rouille
D’où s’écoule le fioul
Bien trop loin de la côte maternelle
A la mort, ils se mêlent

Naufragés oubliés
Porteurs de vivres ou charniers
Gisant dans la cale
Ils n’ont connu que le Mal

De noir et de gris
De marée en oubli
Les épaves sont meurtries
Réduit à un simple souvenir
Jusqu’en Infini
Track Name: 04 Jamais revenir, jamais devenir
04 Jamais revenir, jamais devenir

Ils ont tendu la voile
Les yeux vers les étoiles
En songeant à la guerre
A la faim et la terre

Embarqué par le vent
Pour se nourrir de sang
De charbons et de cendres
Pour des vies qu’ils vont prendre
Sans refuge, sans escale
De sel et de crasse
Le sang a coulé au large
Eventrées, les carcasses

Pour finir en abysse
Aux chairs qui pourrissent
Ayant perdu la guerre
Ils ont fini en mer
Sur les flots, égarés
Les marins évincés
Ont mélangé leurs sangs
Au tombeau en mouvement
Maintenant oublié
Car les siècles ont passés
Les marins trépassés
Morts pour nous hanter

Frappés de conscience
Rappelés par la rance
Souvenir d’un conflit
Qui a bafoué la vie

Ensevelis dans la haine
Enraciné de chaînes
Oubliant le réconfort
Jonché à travers les corps

Le sel bouchant les pores
Le sable couvrant les morts
La chair a séché
A l’air échauffé, à l’ère des crevés

Les voiles sont tombées
Dans une mer déchirée
Sans nier leur destin
Elles ont aidé à la fin

Pour mourir en héros
Ils sont parti à l’eau
Pour ne jamais revenir
Et ne jamais devenir

If you like GIVOLDI FOSSA, you may also like: